Bonjour à tous et bienvenue pour ce nouveau numéro du Cinéman, le cinéma pour les cinéphiles, par moi.

Aujourd’hui, un numéro spécial consacré aux méchants du cinéma (et aussi de BD, jeux vidéo, anime…). Les 20 méchants les plus charismatique, dangereux, fou, voir délirant, vont défiler. Ames sensible s’abstenir.

On commence avec le numéro 20 : Dark Vador. Le seul homme capable de faire peur en ayant de l’asthme ^^. Bon, on ne présente plus Dark Vador : le côté obscur de la force, les pouvoirs psychiques, un costume à faire pâlir Fantômas (il est très fort). Savez-vous que l’acteur devait au départ jouer Chewbacca, mais il a refusé car il ne voulait pas jouer avec un costume et voulait qu’on voie son visage…dommage. Non seulement on ne le voit pas, mais en plus, ce n’est pas sa voix (elle ne collait pas avec le personnage).

Numéro 19 : Lord Voldemort, aussi appelé Celui-dont-on-ne-doit-prononcer-le-nom…ou Voldy pour les intimes. Ce personnage a été interprété par 5 acteurs, dont un père et son fils qui ont joué respectivement Lord Voldemort adulte pour Ralph Fiennes (du 4ème au 7ème épisode) et Lord Voldemort enfant pour Hero Fiennes-Tiffin (6ème épisode).

Numéro 18 : La Team Rocket. He oui, vous avez bien lu ! Parce que même si ils n’ont jamais gagné, ils se sont pris des attaques de foudre, de feu, de glace, psychique, des explosions et ne sont jamais MORT !!!!! A savoir, les prénoms originaux de Jessie et James (Musashi et Kojirō), sont une référence à Musashi Miyamoto et Kojirō Sasaki, deux fameux escrimeurs japonais de l’époque d’Edo. Les prénoms anglophones sont un jeu de mots sur le nom du célèbre hors-la-loi Jesse James.

Numéro 17 : Jean-Batiste Emanuel Zorg, incarné par Gary Oldman (le parrain Sirius de Harry Potter ou Gordon dans les derniers Batman). Vous ne le savez peut-être pas mais, dans le cinquième élément, lorsque Korben Dallas se réveille, la date exacte est visible : le 18 mars 2263. Le 18 mars est l’anniversaire de Luc Besson, et la veille de l’anniversaire de Bruce Willis. Cela indique également que l’action ne se passe pas "300 ans après" les débuts du film (1914) comme on le croit souvent, mais 350 ans après. De plus, ce film est un des rares dans lequel, étrangement, Bruce Willis n’est pas doublé par sa voix française officielle, Patrick Poivey mais par Bernard Métraux, la voix française d’Horatio Caine.

Numéro 16 : Les serpents de mer ! Oui parce que je trouve qu’on ne parle pas assez des serpents de mer.

Numéro 15 : Dracula. Que dire sur ce personnage si ce n’est que c’est un vampire : il a beaucoup de charisme mais en même temps, il a un côté effrayant. Ce sont là les deux critère d’un vampire, ou la description de Rocco Siffredi : un homme plein de charisme mais que j’aimerais pas avoir en face de moi…ou derrière.

[Gros moment de silence]

Numéro 14 : Le Deadpool, aussi appelé le tueur de mutants. Attention ! je ne parle pas de celui qui apparait dans X-men origins : Wolverine, je parle du vrai, le psychotique. C’est un ancien assassin qui, se sachant condamné par plusieurs tumeurs, accepta de devenir un cobaye pour les recherches sur l’arme XI. L’expérience échoua et, considéré comme un rebut, il servit de cobaye au professeur Killbrew qui, par jeu et par plaisir sadique, le dota d’un pouvoir d’autoguérison. Deadpool est capable d’une grande cruauté physique et mentale. Il n’hésite pas à séquestrer dans sa maison un temps une vieille aveugle, Al, pour qu’elle lui serve d’esclave, de confidente et d’oreille attentive et inoffensive à ses tourments et à son goût pour les blagues douteuses. Deadpool possède aussi un sens de la repartie dépassant largement les limites de la bienséance sociale. Il adore faire des jeux de mots et des remarques vaseuses en toutes circonstances et son humour est plus que noir ("ma main à couper…" juste après qu’il vienne de se faire trancher la main…) ce qui fait que Deadpool a le don rare d’exaspérer rapidement son entourage. Enfin, Deadpool est un des très rares personnages des bandes dessinées Marvel à être conscient de se trouver dans une bande dessinée. Ainsi, lorsqu’on lui demande "où on en est", il lui arrive de répondre "Eh bien, planche 24, case 7". Cette "comic awareness" (en français, "perception de la bande dessinée"; le terme est un jeu de mot avec "cosmic awareness", pouvoir existant dans l’univers Marvel) est présentée comme un pouvoir par les scénaristes. Les autres personnages interprètent simplement cela comme une marque de folie de Deadpool, mais le lecteur se rend compte que le pouvoir de Deadpool lui permet de savoir des choses qu’un fou ne pourrait deviner : lors d’une rencontre avec Spider-Man, on découvre que son pouvoir lui permet d’être au courant de l’intervention de Méphisto dans la vie de Spider-Man, alors qu’aucun personnage des bandes dessinées n’est censé le savoir.

Numéro 13 : Venom. Ce super-vilain est un symbiote, il a vu pas moins de huit hôtes dont spider-man, qui lui a fournit la plupart de ses pouvoirs plus cinq autres créés en parallèle du combat spiderman/venom (quatres d’entre eux on fusionné pour donner Hybride). En réalité, le vrai Venom apparut lorsque le symbiote fusionna avec Eddie Brock qui l’accepta. Wolverine fut aussi un hôte du symbiote. Mais c’est pas tout, Venom eut un fils : Carnage, plus fort et plus puissant que Venom mais sans code d’honneur contrairement à ce dernier. Puis Carnage eut un fils lui-aussi : Toxin (il est le 1000ème de sa génération). Celui s’avère être plus fort que Venom et Carnage réunit mais pas aussi puissant, surtout dans un combat au corps à corps. Ha, les symbiotes, une histoire de famille.

Numéro 12 : GLaDOS, Genetic Lifeform and Disk Operating System, Forme de Vie Génétique et Système d’Exploitation de Disque. Créée par les laboratoires Aperture Science en 1996, le logiciel de GLaDOS contient l’essence de Caroline, l’assistante de Cave Johnson. Elle sera activée en 2000 lors d’une journée portes ouvertes parents-enfants. Une fois activée, elle prend le contrôle du centre et enferme tout le monde à l’intérieur puis répand une neurotoxine mortelle qui tue la plupart des savants. Les survivants installent alors un processeur de moralité qui empêche GLaDOS d’utiliser ses neurojoujoux. Elle opte finalement pour une succession de test utilisant les personnes présentent sur place comme cobaye.

Numéro 11 : Eric Knox, le méchant de Charlie et ses drôles de dames. En réalité, c’est surtout l’acteur, Sam Rockwell, qui joue avec brio les rôles de méchants. On peut aussi le voir dans la ligne verte, confession d’un homme dangereux, H2G2, l’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford, iron man 2,… et on le verra dans Cowboys et envahisseurs, iron man 3 et the avengers.

Numéro 10 : Le Joker. Tout le monde connait le Joker, l’ennemi jurée de Batman.Dans le classement des 100 vilains de comics les plus charismatiques établit par le site IGN, le Joker se situe à la 2ème place. Ce qui fait de lui un vilain des plus craint, c’est qu’il est fou. Il reste pourtant lucide sur deux points : il connait l’identité secrète de Batman mais ne cherche pas à l’utiliser contre lui (c’est Batman qu’il veut et non Bruce Wayne) et il sait qu’un monde sans Batman, c’est un monde sans Joker.

Numéro 9 : Soulslayer. Pour reprendre les termes de Galnor, c’est “l’assassin légendaire, le seul homme capable de faire trembler tout un système”. Ce mercenaire travaille sous contrat et les a tous clôturé excepté un seul. Cependant, il a beau être un tueur impitoyable, le peu d’humanité qui lui reste l’empêche de tuer des enfants, des femmes enceintes ou des personnes désarmés. Il a été imaginé par Valoryn et est apparut dans son livre “Arcana Genesis Aurora”.

Numéro 8 : Dexter, le sociopathe – schizophrène. Eh bien non, Dexter n’est pas schizophrène ! Quoi que, en étudiant sa biographie, on peut se poser la question. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’il dissimule son côté sociopathe à son entourage (évidemment, il ne va pas le crier sur tous les toits) à tel point que cette partie de lui va s’humaniser, il le nommera d’ailleurs “le passager noir”. Dans le livre, il lui arrivera même de discuter avec ce passager comme s’il s’agissait d’une personne normale. Or, la définition de base d’un schizophrène est une rupture avec la réalité (causant perte de mémoire, impossibilité de terminer une tâche ou dans accomplir plusieurs à la fois). Dexter est encore lucide, il sait que ce qu’il fait est mal et il sait aussi comment agir pour ne pas se faire attraper. De plus, il peut s’occuper d’une affaire et surveiller une prochaine victime en même temps et il sait que le passager noir n’est pas réelle.

Numéro 7 : John Shooter. Il s’agit là du méchant dans le film fenêtre secrète. Un méchant mystérieux et sombre. Il est capable du pire sans que vous ne sachiez comment il a fait. Je conseille le film, surtout pour le duo John Turturro/Johnny Depp.

Numéro 6 : Torquemada. Attention, je ne parle pas de Tomas de Torquemada, grand inquisiteur espagnol, mais du méchant de Sacrifice, mon histoire. En réalité, c’est la place que j’aimerais qu’il prenne. Mais qu’a-t-il de spécial : en fait, il tue ses victimes après les avoir torturé de façon inhumaine. Il se contente de membres de gang récemment libéré. Mais, s’en contentera-t-il ou préfèrera-t-il innover ?

Numéro 5 : Sephiroth. Les magazines de jeux, à de multiples occasions, ont désigné Sephiroth comme l’un des personnages les plus remarquables de la série ; en mars 2006, IGN classe Sephiroth numéro 2 dans son « Top 10 du mardi: Les ennemis les plus mémorables », tandis que dans le « Top 100 Videogame Villains », il termine quatrième. En octobre 2005,Electronic Gaming Monthly classe Sephiroth numéro 1 dans un top 10 des « Boss de jeu vidéo ». Le site Jeuxvideo.com classe également Sephiroth 1er de son dossier des « 20 plus grands méchants de l’histoire du jeu vidéo », incarnant pour eux « le méchant parfait, tout en classe et en élégance, mais à la puissance incroyable. » Son nom vient de la Kabbale, où les dix sephiroth de l’Arbre de Vie représentent les dix attributs que Dieu a créés et à travers lesquels il peut se manifester.

Numéro 4 : Gabriel Gray alias Sylar. L’homme au 18 pouvoirs, ca fait rêver ^^. Son pouvoir de base se décompose en trois pouvoir : Compréhension immédiate de tous les mécanismes, Lame d’invisibilité télékinétique (c’est pour découper proprement le crâne), Assimilation de capacité d’autrui. Tous les pouvoirs qu’il avait acquis dans la saison 1 ont disparut à cause d’un virus. Il sera guérie dans la saison 2 mais ne retrouva que ses 3 pouvoirs de bases plus le pouvoir de télékinésie (premier pouvoir qu’il prend et qu’il utilise énormément). Il faut aussi dire que Zachary Quinto (M. Spock dans le dernier Star Trek) joue très bien se genre de rôle.

Numéro 3 : Jigsaw alias le tueur au puzzle. Il s’agit d’un vieil homme atteint d’une tumeur inopérable au cerveau. De plus, l’identité du tueur est révélé à la fin par le biais d’un twist final : on peut mettre Saw dans la liste des films WOW. Ce qui est intéressant avec ce tueur, c’est qu’il ne veut pas tuer, il veut simplement ouvrir les yeux de ses victimes (au sens propre comme au sens figuré) afin que ces derniers apprécient la vie. De ce fait, il laissera toujours la possibilité de survivre à ses pièges.

Numéro 2 : Hannibal Lecter. Ce français (voir américain) originaire de Lituanie a la particularité d’être un cannibale sans morale ni pitié et pourtant, c’est aussi un psychiatre renommé et ses meurtres suivent une logique, un certain sens esthétique et moral qui sont propres à Hannibal. C’est ce qui fait de lui un homme sympathique.

Numéro 1 : Norman Bates, le psychopathe – sociopathe – schizophrène le plus machiavélique de TOUS LES TEMPS !!!!!!!!! Hein, quoi ? Attendez, on me signale que Norman n’est pas schizophrène, il serait atteint d’un dédoublement de personnalité. Le personnage à été imaginé par Robert Bloch, écrivain, qui l’a décrit comme un homme de 40 ans, gras, à lunette, casanier, alcoolique et fumeur. Le scénariste de Psychose, Joseph Stefano, le trouvait beaucoup trop antipathique. Il l’a donc changé en un jeune homme de 20 ans sombre, vulnérable et attirant. Hitchcock disait qu’ainsi, le public ne le verrait pas comme un « méchant » et se mettrait de son côté. Il est inspiré du personnage réel de Ed Gein.

Voila pour aujourd’hui, je tiens à signaler que ce top 20 est personnel et ne reflète pas un top 20 général.

Sur ce, je vous dit à la prochaine pour un nouveau numéro du CINEMAN.

commentaires
  1. manael77 dit :

    Excellent numéro! Bravo! On apprend des trucs dis donc! ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s